Quel est le tarif d’un article de blog ?

« ça coûte combien pour que vous rédigiez pour mon blog ? » C’est l’une des questions que l’on me pose le plus souvent et à laquelle il est impossible d’apporter une réponse unique. Je me suis dis qu’elle ferait un excellent sujet d’article donc acte !

Voilà pourquoi je ne peux donner un chiffre du tac au tac.

La réponse qui fâche

A cette question du combien ça coûte un article pour mon blog, je réponds « ça dépend »

Je sais ça fâche quand on est client. Pour vous aider à comprendre, je vous emmène en cuisine, l’une de mes autres passions. Imaginez que vous ayez besoin d’un nouveau four : vous avez donc besoin qu’il remplisse cette fonction : cuir vos aliments, les faire passer du cru au cuit. Est-ce que ça suffit ? Non. Pour beaucoup d’utilisateurs, le four devra aussi être design, facile d’utilisation, offrir telle option ou telle option, avoir une consommation écologique, fabriqué et estampillé d’une grande marque etc.

Pour la création de contenus, c’est exactement la même chose : tout est très personnalisable. Plus vous voulez un résultat personnalisé, « optionné », plus le prix varie.

Voici les critères sur lesquels je me base, comme beaucoup de confrères, pour fixer mes tarifs.

1ère étape : les critères pour fixer le prix d’un article de blog

Le tarif de la rédaction d’un article se détermine selon :

  • le nombre de mots et le temps nécessaire à sa réalisation : plus votre projet est complexe et demande une quantité importante de travail au niveau de la réflexion, de la documentation et de la rédaction, plus le coût est élevé. Ainsi un article de 500 mots ne coûte pas la même chose qu’un article de 3000 mots qui nécessite plus de temps pour rechercher les sources, rédiger et maîtriser de manière plus approfondie le sujet.
  • le degrés de complexité de votre sujet : un sujet généraliste peut être pris en charge par quiconque sait un minimum correctement écrire. Les sujets ayant une complexité plus grande implique de les confier à des spécialistes ou de faire des recherches approfondies sur le sujet : cela a un impact direct sur le tarif. Souvent on me dit « c’est court c’est rapide ! » Et bien non ce n’est pas si simple ! Réaliser un article court sur un sujet pointu sera plus difficile et donc naturellement plus cher qu’un sujet généraliste.
  • la récurrence : plus on écrit sur un sujet, mieux on l’appréhende et mieux on le maîtrise. Une prestation récurrente sera toujours moins onéreuse qu’un « one shot » (= une commande ponctuelle d’un article sur un sujet précis) .
  • la cible : on ne s’adresse et donc on n’écrit pas de la même façon à une directrice géénrale qu’à un expert IT ou encore qu’à un étudiant de 20 ans ! Adapter son écriture à la cible, vulgariser un sujet, retenir l’attention et combler les attentes de la cible sont des données indispensables à connaître pour mener à bien un projet de rédaction. Si vous ne connaissez pas précisément votre cible, la plupart des rédacteurs peuvent vous aider à la définir via une prestation de « définition de votre cible « personna » en sus.
  • les sources fournies : plus les sources que vous donnez à votre rédacteur sont pertinentes, plus son travail sera facilité. Dans le cas contraire, si les sources sont inexistantes ou incomplètes (articles sur des sujets similaires, liste de vos mots-clés…), afin de mener à bien sa mission, le rédacteur devra fournir un long travail d’investigation ou encore réaliser des interviews des divers parties prenantes de votre entreprise…. cela a un impact sur le tarif.
  • le niveau de personnalisation et les contraintes : un rendu sur mesure, un ton de communication qui vous est propre à élaborer et des contraintes fortes (pas ou peu de sources, écrites en anglais uniquement, maillage interne à prévoir à travers la création, contenus rédactionnels à optimiser, thématiques des articles à trouver…) ralentissent et complexifient de facto le travail de rédaction.
  • Le degrés d’urgence : du brief (vos consignes, sources et objectifs ) à la livraison. Si vous voulez être livré sous quelques jours, cela aura aussi un impact financier.

Voilà pour la première étape : les critères. Passons à la deuxième : se mettre d’accord sur la typologie et les contours de la prestation de contenu.

2ème étape : qui voulez-vous pour vous accompagner ? un exécutant ou un expert stratégique ?

Quel type de profil voulez-vous assurer cette mission ?

Un exécutant (production simple) ou un expert stratégique (accompagnement sur mesure de A à Z) ? Tout dépend là encore de vos besoins.

Vous connaissez la métaphore de l’iceberg ? Une partie visible, une partie invisible. La création de contenus n’est que la partie visible de l’iceberg. Certains clients oublient la partie immergée et tout le processus d’expertises requises que demande la création de contenus.

Le marketing de contenus est en effet bien plus vaste que la simple rédaction de contenus. Pour qu’il soit efficace, il est indispensable de mettre en place un certain nombre d’aspects stratégiques et d’effectuer un certain nombres actions :

  • Définir les objectifs de votre marketing de contenus : pourquoi vous voulez faire du marketing de contenus ? Et se mettre d’accord sur ces objectifs.
  • Définir et détaillez précisément votre cible : à qui vous adressez-vous, quelles sont ses attentes, ses freins, ses motivations, ses habitudes, ses besoins…. et quelles réactions souhaitez-vous de sa part ?
  • Élaborer la stratégie à adopter : une fois les objectifs fixés, il faut définir la stratégie (quels médias utilisées, quelle fréquence de publications, quelles thématiques abordées, comment se distinguer de la concurrence, comment bien s’adresser à la ou aux cible(s),….)
  • Déterminer les KPI : quels indicateurs mettre en place pour mesurer l’efficacité de votre stratégie de contenus.
  • Analyser la pertinence de l’héberger de contenus existant ou à défaut le créer : plateforme de ressources, blog, site internet… et mise en relation avec les bons partenaires pour la partie technique et graphique.
  • Auditer et optimiser les contenus existants (s’il y a lieu)
  • Créer la charte éditoriale : quel ton de communication allez-vous adopter, quelle ligne éditoriale, quel vocabulaire allez-vous utiliser etc.
  • Élaborer le planning éditorial des publications pour s’assurer de la mise en place, du suivi, du pilotage et de la régularité des publications de contenus et de la stratégie engagée.
  • Créer les nouveaux contenus : effectuer le travail de recherche, se documenter, les rédiger, relire et les faire valider.
  • Optimiser les contenus pour le SEO et l’UX : pour que les contenus soient plaisant aux yeux de l’utilisateur et indexés par les moteurs de recherche.
  • Trouver l’iconographie : c’est à dire trouver les bons visuels impactants, libres de droit ou payants, pour illustrer les contenus rédactionnels.
  • Mettre les contenus en ligne (si besoin) : sur wordpress par exemple.
  • Diffuser les contenus pour multiplier leur impact : via les réseaux sociaux, (facebook, instagra, twitter…) des newsletters…
  • Mesurer les résultats obtenus : suivi régulier, reporting, synthèse…
  • Ajuster la stratégie en fonction des résultats obtenus : proposer de nouveaux axes au fil de l’eau, observer, réajuster, prendre de la hauteur..

15…. Nous sommes donc à 15 étapes de travail et comme vous pouvez le voir, la création de contenus n’est qu’une parmi elles ! Cette donnée est essentielle à garder en tête lorsque vous consultez quelqu’un pour lui confier votre création de contenus et comprendre son tarif.

Ce qu’il faut retenir : en fonction de votre besoin, les coûts et les profils d’expert éditoriaux seront différents.

4 profils de créateurs de contenus, 3 besoins différents

Je me suis appuyée sur mon expérience personnelle et sur les différents besoins rencontrés pour établir 4 types de profils :

  • Si vous voulez une prestation de rédaction de contenus uniquement alors je vous conseille de faire appel à un consultant/rédacteur avec un profil d’exécutant et des compétences surtout littéraires.
  • Si vous voulez créer ou optimiser votre blog alors je vous conseille de choisir un consultant/rédacteur avec un profil plutôt senior qui dispose d’un spectre de compétences plus larges : littéraires et techniques.
  • Si vous souhaitez une prestation de marketing de contenus complète, vous avez le choix entre 2 options :
  1. Prendre 2 personnes : un profil de consultant expert en stratégie de contenus qui prendra en charge l’élaboration de la stratégie de contenus, le pilotage ET un profil consultant/rédacteur exécutant qui créera les contenus en fonction des directions et objectifs établis dans la stratégie.
  2. Prendre 1 personne au profil hybride : un consultant expert en stratégique de contenus avec un profil hybride stratégie+opérationnel qui prendra en charge l’élaboration de la stratégie de contenus, le pilotage et également la création des contenus.

Des tarifs de 5 à 700 euros pour un article : pourquoi ?

Chaque jour je vois fleurir sur internet des propositions de rédaction d’articles de blog pour 5 ou 10 euros. La question qu’il est légitime de se poser c’est est-ce qu’un contenu facturé à ce prix sera de moins bonne qualité qu’un article d’une centaines d’euros ? De toute évidence, oui. Pour autant, ce type d’article peut vous convenir. Là encore cela dépend toujours de ce que vous avez besoin et des objectifs que vous voulez atteindre avec votre stratégie de contenus.

Pour vous donner des exemples :

  • L’objectif « recruter des nouveaux prospects » demande plutôt un contenu approfondi.
  • L’objectif « améliorer mon référencement naturel » implique plutôt des contenus moins approfondis.
  • L’objectif « faire connaître ma marque » requière plutôt des contenus approfondis et plus brefs.
  • L’objectif « démontrer une expertise ou ma particularité » nécessite des contenus approfondis.

Selon votre entreprise et vos objectifs, je vais tantôt vous conseiller de mêler les 2 types de contenus tantôt préconiser de vous focaliser plutôt sur de l’approfondi ou du bref.

Comment faire la différence entre un article peu approfondi (cheap content) et un article approfondi (premium content) ?

Les caractéristiques d’un article cheap :

  • plutôt court (300 mots)
  • facile à consommer, rapide à lire
  • permet d’apporter facilement de la nouveauté sur un site via le blog et donc de l’actualiser souvent, bon pour booster le référencement.
  • l’angle choisi pour traité le sujet n’est en général ni innovant ni différenciant
  • ne restera pas graver dans les mémoires
  • est souvent de la réécriture de d’autres articles trouvés sur le net, n’a donc pas de « patte » pour se démarquer.
  • Ecriture et style approximatifs, beaucoup de lourdeurs, de redites…
  • non documenté
  • généralement facturé au mot
  • beaucoup de blabla, de périphrases, peu de fond.
  • peu coûteux (en moyenne 25 centimes le mot)
  • absolument pas adapté à une cible qui cherche de la qualité (notamment la B to B)

Les caractéristiques d’un article premium :

  • plutôt longs (800 à 2000 mots)
  • apporte une réponse approfondie sur une thématique précise
  • est documenté : sources fiables, nombreuses, sérieuses et vérifiées.
  • possède une structure travaillée : des titres captivants, des call to action (bouton pour inciter l’internaute à faire une action : prise de renseignements…)
  • propose du maillage interne (liens pertinents vers les autres articles de votre blog pour favoriser le référencement et le temps de présence de votre lecteur sur votre blog)
  • est optimisé pour l’utilisateur (UX) et les moteurs de recherches (SEO)
  • l’angle choisi est innovant et suscite les conversations avec les lecteurs donc de l’engagement et de l’échange entre la marque et ses prospects.
  • Capte l’attention
  • Démontre l »expertise de l’entreprise ou de la marque
  • Est un contenu unique (création originale)
  • Est plus long à produire : il faut beaucoup se documenter et trouver un angle d’attaque intéressant pour traiter et dérouler le sujet de manière pertinente et unique.
  • Plus onéreux (de 150 à xxxx euros ). Il n’y a pas de limite, nous sommes dans ce cas sur une facturation sur mesure. Et cela peut beaucoup varier en fonction du profil et des sujets. Par exemple vous demandez à un consultant en botanique de vous rédiger un article sur la  flore paléo-tempéré et boréal, il vous facturera sans doute à son taux horaire habituel (soit environ 200 euros/heure)
  • Est plus long à lire

Comment faire le bon choix entre les 2 types de contenus ?

Vous allez me dire, si les 2 peuvent me convenir, comment choisir ? Pour aider à faire un choix entre ces 2 types de contenus, je conseille toujours à mes prospects de se poser 2 questions :

1 -> quelle image souhaitez-vous que les personnes qui consultent votre blog gardent de votre entreprise ?

2 -> Quelle expérience avez-vous envie de leur offrir ? Lorsque vous vous rendez au restaurant, que vous alliez dans un fast food ou dans un lieu gastronomique, vous serez dans les 2 cas rassasiés. Dans le 1er cas, l’expérience sera vite oubliée, dans le second, elle sera sans doute plus marquante et restera gravée dans votre mémoire. Il en va de même pour vos contenus : ils doivent venir nourrir et asseoir VOTRE positionnement de marque, celui que vous avez décidé.

Enfin, j’ai aussi envie de vous dire qu’il est essentiel de regarder ce que vous rapporte un article par rapport à ce qu’il vous coûte : appel entrant, demande de renseignement, nombre de prospects générés, commentaires, montant du CA potentiel etc…. Je détaillerai cette partie là dans un autre article car elle mérite à elle seule un article : je suis certaine que la partie ROI de la stratégie de contenus va grandement vous intéresser 🙂

J’espère que cet article vous éclairera. Merci d’avoir pris le temps de le lire. N’hésitez pas à me poser vos questions ou à apporter votre avis et retours d’expériences en commentaires, c’est toujours très enrichissant d’échanger avec vous sur le sujet du brand content et de l’inbound marketing en général.

Coralie